Plusieurs institutions ont marqués l’histoire du théâtre. La Comédie-Française en fait partie. Le sujet sera approché sous un angle socio-historique, c’est-à-dire que les informations seront retracés dans un ordre chronologique.

Molière

Jean-Baptiste Poquelin, aussi appelé Molière, est né en 1622 et mort en 1673 à la suite d’un malaise durant la 4ième représentation du malade imaginaire, alors qu’il incarnait le malade. Il est auteur, metteur en scène, directeur et acteur. Il a renoncé aux études en droit pour fonder l’Illustre-Théâtre, voué alors à l’échec devant les deux autres troupes reconnues: celle du Marais et de l’Hôtel de Bourgogne. Le théâtre a engendré de nombreuses dettes, entrainant Molière en prison.

Le théâtre de Molière

Il tente d’échapper à sa réputation de «farceur»,  au genre comique pour lequel il est étiqueté, puisqu’il ne considère pas la farce comme un art noble. Toutefois, il ne réussit pas très bien. L’originalité du théâtre de Molière se joue par la psychologie des personnages qui se retrouvent confrontés entre conventions, morale et idée fixe. Ses œuvres sont souvent basées sur des thèmes pathétiques ou tragiques mais qui, à la limite du drame, sont tournés vers un genre plus comique à l’aide d’exagérations. Il utilisait beaucoup l’improvisation dans la création de ses pièces.

Histoire de la Comédie-Française

Le théâtre royal (1670-1759)

Il y a 3 troupes de théâtre rivales qui se côtoient: la troupe du Marais, celle de l’Hôtel de Bourgogne et Palais-Royal (dirigée par Molière). À la mort de Molière, la troupe du Marais fusionne avec la troupe du Palais-Royal. Ils deviennent ensemble la troupe de l’Hôtel Guénégaud. Le Roi oblige les deux troupes restantes à fusionner sous prétexte que les représentations pourront alors être perfectionnées. Les «Comédiens du Roy» se chicanent avec les Comédiens-Italiens. Ils obtiennent alors le titre de Comédiens-Français pour les différencier.

La Révolution française, un théâtre plus accessible (1789-1792)

À la suite d’évènements politiques importants, la Comédie-Française change de nom pour adopter celui de «Théâtre de la Nation». En effet, la Révolution française a eu quelques incidences sur le théâtre: les comédiens perdent leur situation privilégiée auprès de la Comédie et la troupe se dissout.  Un fois la révolution terminée, le gouvernement redonne à la société des Comédiens-Français le Théâtre Français de la République, situé sur la rue de Richelieu. On note une grande évolution au niveau de la mise en scène, du décor, des costumes et du jeu des comédiens. En effet, le théâtre tend vers plus de naturel et d’authenticité. Il est également plus accessible à la population. Le 30 mai cette même année, la nouvelle Comédie-Française, protégée par Napoléon, ouvre ses portes. Le drame romantique devient un genre populaire. De nouveaux auteurs s’ajoutent au répertoire, tel Victor Hugo, Alexandre Dumas et Alfred de Vigny. «La bataille» d’Hernani est reconnue comme la pièce ayant marquée le point culminant de cette lancée. Vers 1843, la tragédie classique refait surface à cause de l’échec des Burgraves de Victor Hugo. C’est un retour vers la tradition. En 1849, Napoléon crée le poste d’administrateur de la Comédie-Française afin de rétablir l’équilibre administratif et financier. La troupe est renommée «troupe ordinaire de l’Empereur» en 1859.

 Problèmes financiers (1870-1900)

Le foyer de la Comédie-Française a servie d’accueil aux blessés durant le siège de Paris. Jusqu’en 1871, le genre proéminent devient la comédie bourgeoise. On voit notamment rayonner des actrices comme Sarah Bernhardt. Toutefois, de nombreuses difficultés financières, entre 1885 et 1913, entraînent le théâtre vers un nouveau genre: le tragique domine sur le comique, et le théâtre contemporain prône sur le classique. L’incendie de la Comédie-Française en 1900 n’aide pas à améliorer la situation du théâtre: les comédiens se retrouvent alors obligés de trouver d’autres salles durant six mois et les 2000 places de la Comédie-Française sont réduites au nombre de 900 places pour des raisons de sécurité.

De la première Guerre Mondiale à aujourd’hui (1914-2017)

Durant la première et la deuxième Guerre Mondiale, les pièces de théâtre présentées sont beaucoup plus patriotiques et engagées. En 1995, la Comédie-Française devient une institution public, gérée par le ministre de la Culture.  Le théâtre devient très accessible à la population. Depuis 1996, elle comporte 3 salles: le Studio-Théâtre, la salle Richelieu et la salle Luxembourg ou Odéon.

Le répertoire contient toutes les pièces qui ont été jouées par les Comédiens-Français sur la scène principale, la salle Richelieu, depuis ses débuts. En mai 2010, il contenait 2662 pièces. Entre 1680 et 2010, 1024 auteurs ont été ajoutés au répertoire.  Molière a été joué plus de 33 400 fois depuis les débuts de la Comédie-Française. Le deuxième plus joué, Racine, ne s’élève qu’à 9408 fois.

C’est la Comédie-Française qui a fait en sorte que le théâtre ne disparaisse pas en France. Molière est encore beaucoup joué aujourd’hui.